Image d'introduction
Femme avec un masque dans ville polluée
Date de publication
Texte d'introduction

Rien de mieux que de s’expatrier dans une mégapole économique pour développer son activité professionnelle à l’étranger. Mais qui dit grande ville, dit souvent air pollué… Un environnement qui peut déclencher ou aggraver des symptômes respiratoires : asthme, bronchite chronique, voire pneumonie… Comment vous protéger et rester en bonne santé ?

Corps de l'article

S’expatrier dans une métropole polluée : savoir se protéger à l’extérieur

Hong Kong, Rio de Janeiro, Mexico, Los Angeles ou encore Londres : autant de villes cosmopolites qui attirent de nombreux expatriés, mais qui se distinguent aussi malheureusement par leur niveau de pollution…

Leur premier lieu d’exposition est évidemment la rue ! Lors de vos déplacements à l’extérieur, évitez les itinéraires routiers les plus fréquentés, notamment si vous vous déplacez à pied ou à vélo. Vous pouvez également opter pour le port d’un masque mais il vous faudra alors investir dans un modèle de qualité pour qu’il soit efficace. En effet, les masques premier prix, en papier ou en tissu, ne filtrent pas les particules fines émises notamment par les moteurs à carburant.

Un masque ne sera cependant jamais 100 % efficace ; même en en portant un, il convient de respecter des principes de bon sens, en évitant les axes embouteillés.

> En savoir plus : les villes du monde les plus polluées selon l’OMS

Adapter vos habitudes de vie pendant les pics de pollution

On parle de pic de pollution lorsque le seuil d’alerte d’un des 4 polluants majeurs de l’air est atteint : ozone, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre ou particules fines, aussi appelées PM10. Les conditions météorologiques influencent la circulation de l’air : les pics auront donc plus tendance à se produire lors de vagues de chaleur, la couche d’air chaud agissant comme un bouclier qui retient les polluants au lieu de les disperser. Une situation récemment rencontrée par la capitale fédérale australienne Canberra en décembre 2019, ayant enregistré un taux record de pollution du fait des fumées d’incendies bloquées au-dessus de la ville par les conditions atmosphériques.

Lors d’un pic de pollution, il est recommandé d’éviter les activités physiques intenses et de favoriser l’exercice en salle ou en piscine plutôt qu’un jogging à l’extérieur. En effet, lors d’un effort physique intense, le volume d’air inspiré peut être multiplié par 10… et les polluants qui atteignent vos poumons également.

> À lire aussi : Expatriation : choisir un pays où il fait bon vivre

Protéger aussi votre intérieur

Contrairement aux idées reçues, la pollution ne s’arrête pas à notre porte. À la pollution ambiante s’ajoute celle émise par solvants et particules émis par notre mobilier intérieur. Il est donc indispensable d’aérer chaque jour, même pendant les pics de pollutions. Il est préférable de le faire pendant les périodes où l’activité urbaine est moins intense : 15 minutes le soir et le matin suffisent.

Pour combiner santé et déco, sachez que certaines plantes ont des qualités dépolluantes : c’est notamment le cas du ficus ou des chrysanthèmes qui peuvent décorer votre intérieur tout en en purifiant l’air.

Investir dans un purificateur d’air

Dans les environnements les plus pollués, l’utilisation d’un purificateur d’air peut être indispensable pour maintenir une bonne qualité de l’air dans votre intérieur. Ces appareils assainissent l’air ambiant en le faisant circuler au travers d’un ensemble de filtres, avant de le repropulser « nettoyé » dans votre logement, débarrassé des particules fines.

Il existe de nombreux modèles sur le marché : choisissez le modèle adapté à la superficie de vos pièces et selon les fonctionnalités qui vous seront utiles. Par exemple, certains filtres se déclenchent automatiquement lorsqu’un seuil de pollution est atteint.

Les gestes préventifs quotidiens à adopter

Pour limiter les risques liés à la pollution, suivez nos conseils pour vous maintenir en forme et entretenir votre résistance aux maladies et allergies :

  • Privilégiez une alimentation saine en consommant des antioxydants ;
  • Faites du sport – de manière raisonnée – pour favoriser vos capacités respiratoires et booster votre santé en général ;
  • Si vous êtes sujet à des crises d’asthme ou tout autre problème respiratoire, assurez-vous d’être bien suivi médicalement et d’avoir accès aux médicaments et traitements nécessaires, quel que soit le pays où vous résidez.

Enfin, pensez à faire votre contribution en raisonnant votre consommation énergétique : évitez de surchauffer ou d’abuser de l’air conditionné, et tentez de laisser votre voiture au garage pour vos petits déplacements.

> En savoir plus : Comment trouver à l’étranger les bons médicaments pour un traitement prescrit en France ?

L’assurance santé expatrié d’APRIL International : une garantie d’accès aux soins et à la prévention, dans le monde entier

Avec 5 niveaux de couverture au choix, APRIL International offre aux expatriés toutes les garanties santé et rapatriement qui leur sont utiles, y compris la médecine douce et de prévention. En quelques minutes, choisissez votre formule, simulez votre tarif et souscrivez votre assurance en ligne, tout simplement.

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Santé des expatriés