Image d'introduction
Protéger sa santé Expat au Congo
Date de publication
Texte d'introduction

La République démocratique du Congo, ou Congo-Kinshasa, est le 3ème plus grand pays d’Afrique. Un vaste État dont l’infrastructure sanitaire défaillante ne permet pas de répondre aux besoins de soins courants de ses 85 millions d’habitants, et encore moins aux urgences épidémiques qui s’abattent régulièrement sur la population. La souscription d’une assurance santé internationale suffisamment protectrice constitue dès lors un impératif pour les candidats à l’expatriation sur les belles terres congolaises.

Corps de l'article

Expatriés : quel système de santé vous attend en République démocratique du Congo ?

Le territoire de la RDC est subdivisé en un peu plus de 500 zones de santé (dont 35 à Kinshasa). Chacune d’entre elles propose deux échelons d’accès aux soins : 

  • des centres de santé de premier contact, offrant un panier de soin primaire (prévention, consultation généraliste, pédiatrie, soins infirmiers…) ;
  • théoriquement au moins un hôpital général de référence, délivrant une palette de soins hospitaliers complémentaires (urgences, analyses, maternité, chirurgie, spécialités…), mais qui ne sont au total qu’environ 400 dans le pays.

Le système de santé congolais s’appuie sur le partenariat des structures publiques et privées. La plupart reste toutefois inaccessibles à la population locale : le système de Sécurité sociale universelle, en germe depuis 2014, est toujours balbutiant, et les assurances santé privées, en cours de développement depuis la libéralisation du marché en 2019, ne bénéficient qu’à la frange la plus aisée de la population (via leur employeur notamment). 

Le coût des soins s’avère très élevé pour les locaux mais parfois aussi pour les expatriés : une consultation généraliste coûte par exemple au minimum 10 USD, 20 USD pour une consultation spécialiste. Dans les établissements hospitaliers les plus réputés (par exemple, pour Kinshasa, l’hôpital du Cinquantenaire, récemment modernisé, ou ses cliniques universitaires), les seuls frais d’hospitalisation peuvent être facturés de 53 à plus de 300 USD par jour. 

Autre solution locale parfois choisie par les expatriés : des abonnements mensuels proposés par certains établissements de santé, permettant par exemple d’accéder à tous leurs soins d’urgence pour une 50aine d’USD par mois et par personne, ou à tous leurs soins de santé courants pour une 100aine d’USD mensuels. Mais ce système présente deux inconvénients :  les soins consommés ne sont pas facturés ; et l’abonnement en lui-même n’est pas remboursable par une assurance santé. 

♦ À lire aussi : Expatriation en Afrique : vers quels établissements de soins se tourner ?

Une qualité de soin très inégale d’une région à l’autre de la RDC, et bien souvent très éloignée des standards internationaux

Au-delà de son coût, le principal problème du système de santé congolais réside dans l’insuffisance quantitative et qualitative de son offre (certains établissements modernisés des plus grandes villes mis à part) et sa capacité très limitée à assurer la maintenance de ses infrastructures et de ses équipements. 

Un problème particulièrement pointé du doigt  dans les périodes d’épidémie et d’urgence sanitaire qui secouent régulièrement le pays : Ebola, rougeole, choléra, malaria, Covid-19…

La disponibilité des médicaments spécialisés et des vaccins est aussi un autre enjeu sanitaire important au Congo-Kinshasa. Les médicaments courants, comme tous les autres biens importés au Congo, sont très chers : comptez environ 60 USD pour un test de grossesse, 10 USD pour une boîte de paracétamol et autant pour un flacon de bronchodilatateur, achetés en ligne. 

Quelles sont les garanties santé essentielles pour les expatriés en République démocratique du Congo ?

Premièrement, une couverture suffisante de vos frais de santé, soins comme médicaments prescrits, afin de ne pas voir votre budget sérieusement entamé par les conséquences d’un accident ou d’une maladie nécessitant une hospitalisation ou un traitement à moyen-long terme. 

Deuxièmement, une assistance rapatriement, indispensable pour pouvoir être évacué vers une ville du pays disposant d’une infrastructure médicale de qualité, ou vers un pays voisin mieux équipé en fonction de votre pathologie… voire même vers la France dans les situations les plus compliquées. 

Enfin, bénéficier d’un service de téléconsultation médicale est plus que recommandé, afin de pouvoir profiter, à tout moment, d’un diagnostic ou d’un deuxième avis médical délivré par un médecin français. 

♦  À lire aussi : Téléconsultation : quels avantages pour les expatriés ?

APRIL International : une couverture santé complète pour une expatriation en Afrique sereine

Service de téléconsultation gratuite accessible 24/7, remboursements rapides de vos frais de santé, assistance rapatriement, choix d’une franchise annuelle adaptée à vos besoins… Découvrez l’ensemble des garanties offertes par notre assurance santé internationale, en fonction de ses 5 formules.

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Santé des expatriés