Image d'introduction
comment rester en France après ses études ?
Date de publication
Texte d'introduction

Vous venez de terminer vos études mais souhaitez rester en France pour y vivre et travailler au moins quelque temps ? C’est tout à fait possible ! On vous explique comment changer de statut, obtenir un permis de travail et régler vos démarches administratives en toute simplicité.

Corps de l'article

Les conditions pour rester en France après ses études

Les étudiants originaires d’un pays membre de l’Union européenne sont autorisés à rester en France pour chercher un emploi, sans limite de durée.

En revanche, pour les étudiants étrangers originaires d’un pays hors UE, certaines conditions doivent être respectées pour pouvoir rester en France après l’obtention de leur diplôme. 

Elles diffèrent en fonction de votre niveau d’études :

  • Vous êtes diplômé d’un bac +2 (par exemple BTS ou DUT) : vous devez avoir signé un contrat de travail ou une promesse d’embauche, et demander une carte de séjour salarié/travailleur temporaire (valable 1 an renouvelable) dans les 2 mois qui précèdent la fin de validité de votre carte de séjour étudiant
     
  • Vous êtes diplômé d’un bac +3 (licence classique, bachelor) : la marche à suivre est la même que pour un bac +2 (ci-dessus)
     
  • Vous êtes diplômé d’une licence professionnelle ou d’un master (ou d’un autre diplôme équivalent Master) : vous pouvez faire une demande de carte de séjour salarié/travailleur temporaire, à condition que votre emploi soit en rapport avec votre formation, et rémunéré au minimum 2331,88 € brut mensuels. Il est également possible de demander une carte de séjour « Recherche d’emploi et création d’entreprise », ou encore demander une carte de séjour pluriannuelle « Passeport talent » (valable de 3 mois à 4 ans selon les situations) si vous avez signé un contrat de travail supérieur à 3 mois avec une rémunération annuelle brute d’au moins 37 310 €, pour un emploi spécifique parmi les 10 prévus par la loi.

Comment demander le changement de statut de sa carte de séjour étudiant étranger ?

Si vous avez déjà signé un contrat de travail, votre futur employeur doit faire une demande d’autorisation de travail en ligne, avant que vous puissiez engager votre procédure de changement de statut. Dans les autres cas (passeport recherche d’emploi et création d’entreprise), c’est à vous qu’il revient d’initier vos démarches, en lien avec la préfecture de votre territoire. 
Les justificatifs à fournir en Préfecture sont généralement les suivants :

  • Titre de séjour en cours de validité
  • Passeport ou un autre justificatif d’identité valide
  • Justificatif de domicile datant de moins de 6 mois
  • photos d’identité
  • diplôme
  • autorisation de travail obtenue par l’employeur
  • justificatif d’assurance maladie…

Un certificat médical délivré par l’Ofii ainsi qu’un justificatif de paiement du droit de timbre devront être également fournis lors de la remise du nouveau titre de séjour.

Attention, anticipez vos démarches, car les délais de traitement sont souvent longs !

Étudiant étranger : faut-il souscrire une mutuelle santé en France ?

En tant qu’étudiant, si vous décidez de rester en France après la fin de vos études et obtenez un titre de séjour à cet effet, vous bénéficierez de la Protection Universelle Maladie (PUMa), qui couvre toutes les personnes travaillant en France ou y résidant de façon stable et régulière (lorsqu’elles ne sont plus prises en charge par la protection sociale de leur pays d’origine).

♦ En savoir plus : La protection universelle maladie (PUMa), un dispositif ouvert aux expatriés résidant en France

En clair, vos frais de santé seront couverts par la Sécurité sociale française, peu importe votre statut d’activité. Cependant, cette couverture de base est rarement suffisante pour bénéficier du remboursement à 100% des frais de santé, notamment en cas d’hospitalisation, de consultations médicales, généralistes ou spécialistes, appliquant des dépassements d’honoraires, de frais dentaires ou d’optique.

Pour obtenir un meilleur remboursement, il est donc nécessaire de souscrire une assurance santé complémentaire. Le ticket modérateur - c’est-à-dire la somme restant à votre charge après le remboursement de la Sécurité sociale française - pourra alors être pris en charge par votre assurance, en tout ou partie selon le contrat que vous avez souscrit. Vous disposez alors de 2 options :

  1. souscrire une assurance complémentaire française (valable uniquement pour les soins délivrés en France)
  2. souscrire une assurance santé internationale, qui couvre non seulement vos soins en France mais aussi, à certaines conditions, ceux délivrés dans d’autres pays

APRIL International, à vos côtés dès les premiers pas dans votre vie active d’expatrié en France !

Leader de l’assurance internationale, APRIL International vous propose un contrat santé dédié aux expatriés en France, avec 6 formules au choix en fonction de votre budget et de vos besoins de santé. Vos garanties s’appliquent à vos dépenses de santé en France, mais aussi lors de vos séjours dans d’autres pays en cas de maladie inopinée !

Autre avantage : vous bénéficiez d’un service de téléconsultation gratuit, qui vous permet de consulter un médecin à distance dans la langue de votre choix. 

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Programmes d'échanges