Image d'introduction
Femme qui travaille avec un visa en france
Date de publication
Texte d'introduction

En tant que ressortissant étranger, quelles sont les conditions pour travailler en France ? Bonne question car, si pour les citoyens européens la mobilité et la prise d’emploi sont facilitées, le travail est plus réglementé pour la plupart des autres visiteurs. Découvrez le visa le mieux adapté à votre situation pour travailler en France.

Corps de l'article

Travailler en France : le cas des ressortissants UE-EE

Pour les ressortissants européens, les démarches sont en général simples : ils peuvent circuler dans l’espace européen sans condition, et venir en France pour travailler et chercher un emploi sans visa. 

Il est possible de demander une carte de séjour pour matérialiser ses droits et, par exemple, avoir accès à des aides, mais elle n’est pas obligatoire. Ces facilités de séjour sont valables pour tous les ressortissants de l’Espace économique européen ou suisses. 

Quel visa pour les ressortissants hors UE-EE qui souhaitent travailler en France ?

Pour la plupart des étrangers hors UE-EE, l’entrée et l’installation en France sont régulées par différents types de visas. Tout comme pour une visite touristique, un visa Schengen suffit pour un voyage d’affaires de moins de 3 mois. Cependant, celui-ci ne permet pas d’être embauché dans l’Hexagone. Pour cela, un visa est nécessaire, et dépend de la durée et du type de contrat de travail trouvé :

  • Le visa de court séjour permet de résider en France et d’y travailler pour une durée de 180 jours au plus
     
  • Le visa de long séjour vaut pour une durée maximale de 12 mois, et peut être obtenu sur la base d’un contrat à durée déterminée (visa « travailleur temporaire ») ou indéterminée (visa « salarié »)

♦ Bon à savoir : pour les jeunes professionnels, il existe des accords bilatéraux entre la France et certains pays pour faciliter leur mobilité, le développement de leurs compétences linguistiques et de leur expérience professionnelle. Dans ce cadre, ils peuvent postuler à un visa de long séjour « jeune salarié ».

Les travailleurs indépendants et professions libérales peuvent aussi demander un visa de long séjour « entrepreneur/profession libérale », également valable un an. Mais l’exercice de certaines professions (médecins, enseignants, etc.) exige de satisfaire des conditions particulières.

Il existe enfin un statut particulier « talent international » qui offre des facilités d’installation aux étrangers contribuant exceptionnellement à l’attractivité économique de la France. Créateurs d’entreprise innovante, salariés hautement qualifiés,  chercheurs ou enseignants supérieurs peuvent ainsi demander un visa de long séjour « passeport talent » valable 4 ans.

Pour certains emplois de courte durée (90 jours maximum), vous pouvez être dispensé de l’obligation de visa. Rentre dans cette catégorie la participation à une manifestation (culturelle, sportive, artistique ou scientifique), à un salon professionnel, ou encore aux activités d’enseignement à titre occasionnel.

Comment obtenir un visa de travail pour la France?

Dans le cas le plus courant, si vous venez en France pour un emploi salarié, les démarches doivent être réalisées par l’employeur qui doit déposer une demande d’autorisation de travail. Si celle-ci est acceptée, vous pourrez alors faire une demande de visa accompagnée de l’autorisation de travail accordée à votre employeur, ainsi que des justificatifs d’identité.

C’est aussi généralement à l’employeur de faire rapidement une demande d’immatriculation de son salarié auprès de la Sécurité sociale. Celui-ci est alors affilié au régime général de la Sécurité sociale française, comme le prévoit la loi et dès lors qu’il dispose d’un titre de séjour valide (carte et/ou visa de séjour précité). Cette affiliation lui permet notamment de bénéficier de la prise en charge de ses frais de santé selon les conditions en vigueur en France

Sauf cas particuliers, l’employeur est aussi dans l’obligation de fournir à son salarié une assurance santé complémentaire, dont il doit financer au moins 50 % de la cotisation. Comme son nom l’indique, cette couverture permet de compléter les remboursements de la Sécurité sociale qui prennent très rarement en charge l’intégralité des dépenses de santé (70 à 80 % seulement, généralement). 

Mais attention : cette couverture fournie par l’employeur n’est parfois pas suffisamment protectrice en fonction des besoins de santé des assurés. Et à la différence d’une assurance santé internationale, n’est valable que pour les soins délivrés sur le territoire français, et ne comprend pas l’assurance rapatriement. C’est pourquoi certains travailleurs expatriés en France optent aussi pour une assurance santé internationale basique, afin de parer à tout imprévu, ou conservent celle qu’ils ont souscrite pour obtenir leur visa de séjour. 

APRIL International : expatriez-vous en toute sécurité !

Assurance visa Schengen, pour un court ou un long séjour en Europe, assurance santé internationale, ou encore mutuelle santé pour les expatriés en France : découvrez toutes les solutions d’APRIL International, spécialiste de l’expatriation depuis plus de 30 ans ! 

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Expatriation ou détachement